Espace Presse

LES REMPARTS

Retrouvez l’article Lillers : aux Remparts, on prépare l’avenir sur le site de l’écho de la Lys
http://www.lechodelalys.fr/airois/lillers-aux-remparts-on-prepare-l-avenir-ia704b0n195002

Objectif bien-être des résidents

Plusieurs espaces bien-être ont été créés ces dernières années au sein de l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes
Les résidents peuvent avoir des soins comme en institut
Les résidents peuvent avoir des soins comme en institut

Les missions de l’Ehpad Les Remparts ne se limitent pas à héberger. Le bien-être est devenu l’axe majeur du projet actuel de l’établissement lillérois. Un projet qui court depuis 2009 jusqu’à cette année. Chaque nouveau projet est un moment clé puisque le personnel prend du recul pour mieux évoluer et mieux prendre en charge les résidents. “Nous nous sommes aperçus que nous étions bons dans le soin mais que nous n’avions pas grand chose en proposition. Nous voulions apporter autre chose dont le bien-être et faire en sorte que notre personnel puisse acquérir une culture gériatrie pour prendre en charge le mieux possible“, explique Bruno Wiart, directeur.
Divers ateliers ont été mis en place durant ces années, comme l’aromathérapie ou encore la luminothérapie. Ces nouvelles approches sont utilisées, par exemple, dans les salles “institut de beauté”. Là, les résidents peuvent avoir des soins des mains ou même des manucures, ou encore dans la salle de bain avec baignoire à jets. “Cela permet d’être dans la relaxation et d’entrer parfois en relation avec certaines personnes notamment celles étant atteintes d’alzheimer“. Un petit salon de coiffure est aussi à disposition des résidents, sur rendez-vous.

Potentiel des résidents

La grande action des gestes d’activation (Gapa) a également été mise en place. Il s’agit d’utiliser le potentiel des résidents et de ne pas faire systématiquement à leur place. “Nous avons réfléchi là-dessus. Par exemple, certains savent encore se laver le visage. Nous les laissons donc faire“. Le personnel utilise aussi parfois leur connaissance. Comme quand quelqu’un aime bien un chanteur, en lui mettant cette musique, il est plus simple d’entrer en relation… “Aujourd’hui, trois agents peuvent enseigner le Gapa“.

Exploration sensorielle
Les résidents adorent l'espace snoezelen
Les résidents adorent l’espace snoezelen

L’établissement lillérois s’est aussi doté d’un espace snoezelen, concept de stimulation sensorielle. “Nous avons voulu quelque chose de mobile pour permettre de se rendre n’importe où dans l’établissement et notamment dans les chambres des résidents“. Le coût du chariot snoezelen revenait à 6 000 euros. L’établissement a donc monté plusieurs dossiers de subvention. La Caisse d’Épargne leur a alloué une subvention de 4 000 euros ce qui leur a permis de l’acheter en février dernier. “Une animatrice et quelques agents sont également allés en formation continue pour l’utilisation de ce matériel“. Et le succès est au rendez-vous! Les résidents adorent.
Le bilan de ces années est très favorable. Nous avons eu une évaluation externe, l’année dernière. L’organisme nous a dit que l’on était sur la très bonne voie de la culture de la gériatrie“, conclut le directeur.

Bientôt un nouveau pôle alzheimer

Tous les cinq ans, l’Ehpad Les Remparts travaille sur un nouveau projet. Celui du bien-être arrive à terme cette année, un autre va donc suivre dès l’année prochaine. L’établissement lillérois souhaite diversifier sa prise en charge des personnes atteintes de la maladie d’alzheimer, en créant un pôle d’activités et de soins adaptés (Pasa).
L’établissement possède déjà une unité de vie alzheimer, ainsi qu’une unité protégée de soin adapté (Upsa) pour les personnes diagnostiquées alzheimer.
Mais la direction souhaiterait agir avant, au début de la maladie, ce qui leur permettrait d’avoir tout le panel de prise en charge alzheimer. “Nous avons fait la demande à l’Agence régionale de la santé et au Conseil départemental du Pas-de-Calais pour avoir cette prise en charge de jour. Nous avons eu un accord de principe“, explique Bruno Wiart, directeur.
Le Pasa permettra d’accueillir, dans la journée et cela cinq jours sur sept, les résidents de l’Ehpad Les Remparts ayant des troubles mentaux modérés, ceci après leur consentement et celui de leur famille.

Une journée en Pasa est structurée autour de la vie quotidienne et des activités qui en découlent : stimuler la mémoire, préserver et maintenir ses repères temporaux et spatiaux, accomplir ou retrouver les gestes de la vie quotidienne, préserver ou retrouver une image positive de soi, maintenir sa motricité… seront quelques uns des objectifs. Le but est de promouvoir l’autonomie de la personne, son bien-être et le maintien de ses capacités cognitives et physiques. La vie collective est privilégiée et source de stimulation. Elle rythme aussi les différents temps de la journée comme la prise des repas, les ateliers d’animations… A 17h30, l’activité du pôle s’achèvera et les résidents seront accompagnés dans la salle à manger de l’Ehpad pour partager le repas avec l’ensemble des résidents.
Actuellement, l’équipe travaille sur ce projet. Aucun agrandissement n’est prévu mais des locaux vont être requalifiés au sein de l’établissement. Deux agents travailleront dans l’unité dont l’un sera recruté prochainement. “Il faudra les former à l’animation, à la stimulation, aux ateliers de mémoire.”
Les travaux d’organisation de l’espace devraient démarrer au premier trimestre 2016.

130 lits dont 15 dédiés à alzheimer

La résidence pour personnes âgées Les Remparts est un établissement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Depuis 1976, l’établissement accueille une population dépendante dans une unité appelée, par la suite, unité de soins de longue durée (USLD). A l’origine hospice, l’établissement lillérois a été transformé juridiquement en centre hospitalier en 1993. De 2006 à 2009, l’établissement a connu des travaux et aménagements importants afin de répondre aux normes d’hygiène, de sécurité et d’accessibilité des personnes dépendantes. Depuis le 1er janvier 2010, le Centre Hospitalier “Les Remparts” a été restructuré en Ehpad.
L’établissement lillérois accueille, aujourd’hui, 130 résidents de plus de 60 ans dont 15 dans l’unité de vie alzheimer. Ces résidents sont gérés par 110 personnes. Chaque résident a sa propre chambre. Les couples peuvent bénéficier de logements communicants, en fonction des disponibilités.
Des animations sont proposées chaque jour ainsi que des sorties comme cet été toutes les semaines au marché d’Auchel. Des repas à thème sont également organisés.  Les anniversaires sont fêtés mensuellement. Une association de visiteurs bénévoles propose des animations et visite régulièrement les résidents.
Des valeurs régissent l’établissement : la promotion de la bienveillance, le droit à la liberté de choix de vie, le droit au maintien des liens familiaux, les ressources et protection des biens, le droit à l’autonomie et au maintien de celle-ci, le droit à la dignité, à une vie privée et au respect de celle-ci. Nous y tenons.“, explique le directeur, Bruno Wiart.

Source : L’écho de la lys


LES RÉSIDENTS DES REMPARTS PRENNENT L’AIR

LILLERS. En voiture! Samedi, une cinquantaine de résidents de l’Ehpad Les Remparts sont montés à bord de voitures de collections. Les Ch’tis Pistons les ont emmené en balade dans les rues de Lillers. Au retour, dans le parc, sous le soleil, ils ont écouté la musique de la fanfare de Rieux. Ils ont pu essayer le javelot, acheter des fleurs et déguster des crêpes préparées par En avant les cheveux d’argent, l’association qui a organisé les animations de cette journée portes ouvertes.

Source : La Voix du Nord


INAUGURATION D’UN ESPACE DÉDIÉ AU BIEN-ÊTRE DES RÉSIDENTS DE L’EHPAD

Chariot Snoezelen
Chariot Snoezelen

LILLERS. Depuis mercredi, l’établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes Les Remparts est équipé d’un chariot de stimulation multi-sensoriel “Snoezelen”. En agissant sur les sens, les émotions, la réflexion et le comportement, la personne âgée dépendante peut alors avoir une relation au monde différente et mieux gérer son stress. Le projet permet également le maintien des capacités physiques et intellectuelles des personnes âgées, y compris celles qui se trouvent dans l’incapacité de se lever. La Caisse d’Épargne et l’association Les Blouses roses ont financé cet équipement. Il risque d’y avoir des volontaires, le vendredi matin, à l’atelier “bien-être”.

Source : La Voix du Nord


 

LILLERS. Jeudi 28 Mai, les étudiants d’Aide médico psychologique de l’AREP Sainte-Marie sont intervenus à l’Ehpad Les Remparts pour une animation réminiscence. A travers une après-midi sur le thème des années 1950, les résidents se sont replongés dans leur jeunesse grâce à une projection vidéo, un quiz musical ainsi que des jeux de leur époque.

Source : L’écho de la lys


 

102 ans pour Alberta Bocquet

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Alberta et sa nièce Marie-Léa

Ce n’est pas tous les jours qu’une résidente fête ses 102 ans. Alberta Bocquet trône au milieu de la bibliothèque de l’Ehpad Les Remparts à Lillers, dans une belle robe fleurie, un sourire dans ses yeux bleus. C’est vrai qu’elle est bien entourée : le directeur de la maison de retraite, Bruno Wiart, une représentante de la municipalité, le personnel soignant et Marie-Léa Olbé, sa nièce et ancienne aide-soignante de l’Ehpad sont tous là pour elle. L’assemblée a même poussé la chansonnette, et la centenaire n’était pas en reste : “Elle chantait en même temps que la chanteuse !”, plaisante le directeur. Pour ses 100 ans, elle avait eu droit à une cérémonie particulière avec les honneurs officiels et depuis deux ans, a une manifestation de sympathie.

Née le 10 avril 1913 de parents agriculteurs, elle ne quittera plus la ferme jusqu’à ses 99 ans. En décembre 2012, elle accepte avec déchirement de rejoindre la maison médicalisée de Lillers où son frère, avec qui elle a toujours vécu et qu’elle a pratiquement élevé, la rejoint en janvier 2013. Il y meurt un ans plus tard. Aujourd’hui, il ne lui reste plus que la fille de sa soeur. Mais cette dernière après l’avoir côtoyée tous les jours quand elle y travaillait, continue de lui rendre visite toutes les semaines. Très présente pour sa tante, elle affirme : “C’est une petite dame en taille mais très gentille, avec un caractère bien affirmé.”

Source : L’avenir de l’artois


Cent bougies pour Léonie

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Léonie DUBUISSON a fêté ses 100 ans, en compagnie du personnel de l’Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) Les Remparts et du personnel de la commune de Guarbecque.

Née le 22 février 1915 à Guarbecque, Léonie est restée 32 ans dans la maison de son enfance. Puis avec l’arrivée de la guerre et des bombardements, elle est contrainte de changer de maison, mais reste dans son petit village. Courageuse et très active, elle a eu plusieurs emplois. Elle a travaillé dans les champs, entre autres, avant de devenir femme de ménage à l’école maternelle où elle y est restée 31 ans.

Elle était également nourrice et a pris Laurent sous son aile lorsque ses parents sont morts dans un accident de voiture. C’est ainsi qu’elle est devenue maman d’adoption. Ce dernier avait d’ailleurs fait le déplacement pour ce centième anniversaire.

C’est aujourd’hui un petit bout de femme plein de joie de vivre que l’on découvre. Léonie aime toujours plaisanter. Et à la question “Qu’aimez-vous faire”, elle répond “danser et chanter”. La jeune centenaire se lève tous les jours à 5 heures. Elle affectionne particulièrement les mots fléchés et les jeux télévisés. Côté animations, elle préfère de loin celles où il y a des enfants et avoue être mieux dans cette maison de retraite que seule chez elle.

Source : L’écho de la lys


 L’aromathérapie n’est pas une médecine douce

Pour une conférence sortant des sentiers battus, Bruno Wiart, directeur de l’EHPAD Les Remparts, avait invité un panel de personnalités issues du milieu médical : des médecins généralistes, des médecins coordinateurs de l’établissement, le médecin de la médecine du travail de l’établissement, le personnel infirmier et les membres du Conseil de Vie Sociale.

En recevant François Descamps, aromathérapeute, il souhaitait aborder le sujet délicat de l’alternative à la médecine traditionnelle. Cette démarche s’inscrit dans la nécessité de trouver des produits plus naturels pour prendre en charge les résidents et essayer d’améliorer leur quotidien. “Nous avons déjà mis en place l’espace Snoezelen pour ce qui concerne la perception des sens, et écoute de musique douce, qui procure plus de quiétude.” précise Bruno Wiart.

Mais l’aromathérapie étant une méthode qui donne de plus en plus de résultats positifs, le directeur de l’établissement souhaiterait qu’elle soit explorée ainsi que ses quelques points négatifs afin de prévenir tout problème et danger. “Cette conférence est un préambule à de nombreuses concertations ultérieures, à des formations, et à l’information des familles sur l’évolution de nos investigations et recherches. Toutes les étapes seront scrupuleusement respectées avant une quelconque application, et surtout, chacun des cas sera étudié par l’équipe médicale avant un acte.”.

Source : L’écho de la lys


Les Remparts en bonne santé

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’année 2014 a été marquée par l’élaboration et le renouvellement de la convention tripartite. “Même si les résultats obtenus sont en deçà de nos attentes, c’était un objectif prioritaire” déclare le directeur. Autre perspective de 2014, la visite de l’audit qualité du Conseil Général qui s’est déroulée en mars et qui a confirmé les excellents résultats obtenus lors de l’évaluation externe de 2013.

Des investissements qui se sont poursuivis tout le long de l’année, notamment avec l’ouverture de l’unité Les Lilas, unité sécurisée permettant l’accueil de résidents souffrant de désorientation et ayant besoin d’un accompagnement spécifiquement adapté. Une unité ouverte depuis le 1er novembre. “Cette ouverture est un gage de qualité et d’efficience des prises en charge des résidents souffrant de la maladie d’Alzheimer dans un secteur d’activité où notre établissement joue un rôle de premier plan au sein du territoire de santé“.

L’établissement lillérois compte aujourd’hui 130 lits. D’abord un hospice, puis un centre hospitalier, puis un centre de longs séjours, le lieu est devenu un EHPAD en 2010. “Nous avons encore beaucoup de personnes âgées avec des soins médicaux lourds. Nous sommes un établissement de grande taille.”. L’établissement maintient son rythme de croisière avec plus de 46580 journées, soit un taux d’occupation de lits de plus de 98 %. “40 résidents nous ont quittés et 40 nouveaux ont été accueillis. La moyenne de séjour est de 3 ans et demi pour une moyenne d’âge de 84 ans.”.

Les effectifs restent stables. S’agissant des personnels non médicaux en décembre 2014, l’établissement a rémunéré 115 agents pour un effectif théorique de 92 équivalents temps plein. Sept agents ont été titularisés et huit ont été promus en stage. “Au niveau du budget, l’exercice 2014 devrait se terminer sur un excédent. Ce résultat démontre la bonne santé financière de notre établissement et nous permet d’affronter sereinement l’avenir et de poursuivre la conduite de nos projets.”.

En 2015, les remparts souhaiteraient finaliser le dossier d’ouverture d’un pôle d’activités et de soins adaptés (PASA). Cette unité permettra d’accueillir, dans la journée, les résidents de l’EHPAD ayant des troubles du comportement modérés. Autre projet prioritaire pour 2015, la prise en charge non pharmacologique des résidents. “En premier lieu, une réflexion sur l’aromathérapie a été initiée par Bernard Vanhoucke depuis 2013. L’aromathérapie est l’utilisation d’extraits aromatiques des plantes. Elle a toute sa place, notamment pour le sommeil et la prévention des chutes liées à la prise de traitement.”. Autre approche non médicamenteuse, l’utilisation d’un espace Snoezelen, un concept néerlandais basé sur une stimulation multi-sensorielle des personnes âgées. “En 2015, l’EHPAD fera l’acquisition d’un chariot Snoezelen équipé suite à une action de mécénat de la Caisse d’Épargne Nord de France.”.

A la fin de la cérémonie, un hommage a été rendu à Marie-Léa Olbé et à Marie-Noëlle Rollin, retraitées de l’année. Des diplômes ont également été remis aux personnes ayant effectué des formations.

Source : L’écho de la lys